Assemblée générale du 1er mars 2015


Assemblée générale ordinaire d’AOC du 1er mars 2015

————-

Présents : Fanny Sanchez, Quitterie Sommier, Jean-Luc Bazerque, Lucas Bento de Carvalho, Norbert Bollier, Andreas Enge, Frédéric Fernandes, Jean-Marie Quitte, Julien Sainz et Damien Varron.

Ordre du jour :

– Bilan financier

– Bilan moral

– Chantiers 2015

– Renouvellement du CA et du bureau

– Questions diverses

 Compte rendu :

  1. Bilan financier

La situation financière de l’association est saine.

  1. Bilan moral

Les jardiniers présents dressent un bilan positif de l’année écoulée. La production est satisfaisante, notamment grâce au système d’arrosage goutte-à-goutte et à des parcelles mieux structurées ; la réalisation des coffrages est quasiment achevée.

Comme chaque année c’est davantage la question de l’accueil et de l’implication des jardiniers nouveaux qui a fait l’objet de discussion. Le caractère aléatoire de leur présence rend parfois difficile la gestion des activités. Il est ainsi arrivé que devant un afflux massif et imprévu, les tâches planifiées pour la session de jardinage se soient révélées insuffisantes pour occuper tout le monde de manière satisfaisante. À l’inverse, la mise en œuvre de certaines actions est parfois ralentie faute d’un nombre insuffisant de participants.

A de nouveau été avancé l’idée d’un parrainage individuel de légumes. Chaque parrain serait spécialiste d’un légume (plantation, association de culture, variétés…) et se trouverait ainsi davantage responsabilisé et impliqué.

L’autonomie et le niveau de connaissance des participants occasionnels et nouveaux fait l’objet d’avis différents. Certains considèrent que les jardiniers habitués devraient prendre davantage le temps de communiquer sur leurs savoirs et d’accompagner les nouveaux venus. D’autres estiment qu’ils sont déjà suffisamment pédagogues et qu’une personne débrouillarde parviendra toujours à trouver quoi faire et comment le faire. Ils font ici observer que pour être aidé il faut déjà être motivé, regrettant que beaucoup prétendument « conquis par notre initiative » fassent preuve dans le même temps d’une conception très minimaliste des idées d’engagement et d’implication.

De même, il existe des divergences de vues quant à la politique de communication que devrait suivre AOC. Pour les uns, il faudrait réitérer l’envoi de mails, poser d’avantage d’affiches, faire du porte-à-porte dans les résidences universitaires, voire encore flécher l’accès au jardin. Pour d’autres, qui partagent l’idée d’un ciblage des étudiants habitants dans les résidences universitaires proches du jardin, une communication massive prend du temps alors que les disponibilités de chacun sont déjà plus qu’accaparées par l’exploitation du jardin. De plus, ils font de nouveau valoir que les personnes motivés et débrouillardes, qui sont les bienvenues au jardin, n’ont jamais eu besoin de panneaux ou d’être directement sollicitées pour venir nous rencontrer. Avant de consacrer plus de temps à la cherche de nouveaux venus, il serait plus intéressant d’entreprendre de fidéliser les personnes présentes de manière plus ou moins régulière.

A l’unanimité, cette fois, les jardiniers insistent sur le retour aux pratiques de récolte des débuts. Au cours de cette année, l’habitude avait été prise que chacun cueille de manière individuelle les légumes sans consulter les autres jardiniers. Or, auparavant, la récolte n’avait lieu qu’à la toute fin de la session de jardinage. Tout était mis en commun et partagé de manière concertée. C’est ce mode de répartition auquel nous reviendrons.

Ce sera également l’occasion de limiter certains comportements consistant à s’approprier une partie des récoltes sans avoir suffisamment participer à l’exploitation du jardin. Les jardiniers rappellent qu’il ne suffit pas d’être à jour de sa cotisation et de venir quelques heures par mois pour prétendre aux fruits du travail commun. L’adhésion est une condition nécessaire mais pas suffisante. Elle reste évidemment appréciée de manière souple.

  1. Chantiers 2015

Pour l’année 2014, il ne faut pas perdre de vue que la bonne tenue des légumes est due en grande partie à une météo favorable (au potager), avec assez de pluie. A l’heure actuelle l’augmentation de notre production demeure entravée, notamment, par la faiblesse chronique de nos ressources hydrauliques et la moindre qualité de nos sols. Malgré les efforts réalisés (apport de compost, engrais verts, paillage, arrosage goutte-à-goutte…), notre potager est encore trop vulnérable au manque d’eau.

L’association a obtenu une subvention de la réserve parlementaire du député Alain ROUSSET. Celle-ci permettra de financer l’achat d’équipements destinés à garantir une plus grande autonomie hydraulique via la récupération et le stockage de l’eau de pluie. Nous allons acquérir des pompes à alimentation solaire, des cuves de récupération d’eau, du matériel de captation, de drainage et d’acheminement de l’eau. Nous solliciterons également le soutien et l’expertise des écoles d’ingénieur pour nous aider à optimiser le recours à ces techniques.

Conjointement à cet effort de stockage et de récupération d’eau de pluie, le potager a besoin d’un accès permanent à l’eau. Des discussions ont été menées avec le SIGDU afin d’obtenir l’autorisation d’utiliser leur réseau en cas de besoin, lorsque nos cuves seront vides. Une demande officielle va être adressée au SIGDU. Ce sera également l’occasion de reconduire la convention qui nous autorise à occuper le terrain mis à notre disposition.

Renouvellement du CA et du bureau

 L’Assemblée générale a procédé à l’élection du conseil d’administration.

Sont élus à l’unanimité des membres de l’Assemblée générale, Fanny Sanchez, Jean-Luc Bazerque, Lucas Bento de Carvalho, Norbert Bollier, Andreas Enge, Frédéric Fernandes, Julien Sainz et Damien Varron.

© Copyright Appellation Origine Campus - Theme by Pexeto